Dans cet ouvrage, Dominique partage sa vie spirituelle de prêtre et de clown.

Comment sa foi en Jésus-Christ modèle tranquillement son personnage de "Gaby" et inspire ses spectacles.

Prêtre et clown, un chemin pour vivre et offrir l'Evangile.

Un livre pour l'expliquer: "AU SOURIRE DE L'EVANGILE"

15 € frais de port compris à l'adresse "contact"

 

 

Un livre, recueil  de textes en slam, cette poésie de la rue, voilà la nouvelle création de Dominique Auduc qui devient slameur de son pseudo : « slam’gosse »

Si vous pouvez retrouver l’intégralité des textes mis en CD vous pouvez aussi découvrir des créations qui veulent être les mots ce l’Evangile se mettant à parler la langue du peuple.     

- cris des hommes
- Paroles de foi
- Prêtre et clown
- Pour célébrer.


Des textes forts qui racontent l’amour du monde, la révolte contre l’injustice et l’espérance de l’Evangile !


15 € frais de port compris à l'adresse "contact"

 

... et aussi...

Depuis 2 ans maintenant, Gaby va s’lamer sur les scènes lyonnaises et devient le « sl’âme gosse ».

Le slam, poésie urbaine et contemporaine, vient de l’argot américain "to slam the door" qui signifie "faire claquer la porte".
Le slam consiste donc à "faire claquer les mots" .

Alors, dans ses slams, Gaby fait claquer les mots comme les psaumes ont crié la souffrance de l’homme, comme les prophètes ont crié la colère de Dieu  !

C’est un regard de croyant posé sur le monde, sans concession, avec réalisme et avec foi aussi.

Le slam devient une prière et un cri.


- EXTRAIT -

Tu veux sauver l’homme

L’homme veut sauver la face, sauver sa race, sauver sa place …
Et l’homme veut sauver les apparences, sauver la bienséance …
Mais toi !!!... Tu veux sauver le monde, tu veux sauver l’homme …

Tu regardes le monde et tu entends les discours :
L’un veut sauver la croissance, l’autre l’économie, la finance ou le taux de chômage
Mais toi !!!... tu penses au chômeur, à celui qui vit dans la peur.

Tu regardes le monde et tu entends le bruit des bombes...
Guerre économique, guerre médiatique et terrorisme, 3eme guerre mondialiste…
L’homme croit qu’il se sauve avec ses armes
Mais toi !!!... tu penses à celui qui n’a que ses larmes

Alors le monde crie ses complaintes :
Le bondieusard superstitionneux, veut sauver la religion et ses rites …
D’autres crient : Si Dieu existait il permettrait pas ça !
Dieu, si tu as du courage, descend de ton nuage, sur terre gronde l’orage

Mais toi, tu …

Tu sais, parfois je t’en veux de ce cadeau que l’on nomme liberté,
j’ai même parfois envie de crier que c’est un cadeau empoisonné !

Mais cette liberté, c’est peut-être cela, notre grandeur d’homme,
C’est peut-être TOUT cela, ton amour de l’homme


Merci à toi, Jean Debruynne de m’avoir simplement rappelé, que Dieu veut sauver l’homme …

 

- MON EGLISE -

Dès que je t’ai vue, le coup de foudre,
Tu m’as aimé, je t’ai aimée
Tu m’as adopté
Je me suis laissé adopter
On s’est apprivoisé

Tu as voulu naitre pour aimer,
Inventer, t’adapter, t’incarner,
Aimer, sourire et pardonner

Tu m’as nourri, choyé, éduqué
Tu es ma mère
Je suis de ton sang, de ta race, de ta classe

Je t’aime, mais ….
Quand tu juges, condamnes, ou damnes
Quand tu ritualise et instrumentalise
Quand tu te fais administrative, hiérarchique et rigoriste
Quand ton service asservit la vie
Je ne veux ni me taire ni te laisser faire

Je t’aime mais…
Quand tu es lointaine
Mondaine et hautaine
Quand tu aimes les mondanités
Sans aimer le monde
Je ne veux ni me taire, ni te laisser faire

Je t’aime mais…
Quand tu réintègre l’intégrisme
Quand tu réintègre la pègre
Quand tu réintègres
Ceux qui désintègrent
Quand tu te fais sévère comme un cerbère
Je ne veux ni me taire ni te laisser faire.

Je t’aime mais…
Quand tu dis, la loi, c’est la loi !
Quand elle se fait roi sans foi
Quand le religieux est bien pieux
Et que la religion tourne en rond
Je ne veux ni me taire, ni te laisser faire

Je t’aime quand
Quand tu ne restes pas les bras croisés
Quand tes bras sont ouverts en croix
Que tes pas croisent ceux de l’humanité
Et que tu croises le fer contre l’injustice

Je t’aime quand ta vie transpire l’Evangile
Quand tu donnes sens, sourire et goût à la vie
Quand tu es conciliaire, conciliante et concertante
Quand ta collégialité se fait… démocratie
Quand tu te lèves pour te rassembler
Que tu te fais peuple !

Je t’aime quand…
Quand tu es la voix des sans voix
Quand tu parles au cœur de l’humain
Quand tu oses une parole pour défendre et dénoncer
Quand tu donnes la parole aux bâillonnés, aux muets
Bref, je t’aime quand ta parole est relation,
Quand tu deviens conversation

Je t’aime quand
Quand tu cherches Dieu
Quand tu n’imposes pas Dieu
Quand tu n’imposes pas ton image de Dieu…
Je t’aime quand tu es visage de Dieu

Je t’aime quand
Quand tu te souviens que Dieu t’aime
Quand tu te souviens que Dieu croit en toi
Que Dieu s’offre à toi, que Dieu s’offre par toi

Je t’aime même si tu boîtes ou si tu ne marches pas toujours droit
Mais pas quand tu t’arrêtes ou rebrousses chemin
Je t’aime même si ta parole est maladroite ou si tu te trompes
Mais pas quand tu te tais devant l’injustice
Je t’aime même si tu louches, si tu es presbyte ou astigmate
Mais pas quand tu es aveugle devant la souffrance.

Tu peux être handicapée, cul de jatte, borgne, lépreuse, dure d’oreille, bègue, chauve,
Je ne te demande pas d’être la vénus de Milo
D’être un canon ou miss monde
Tu as le droit d’être imparfaite
Tu peux être cardiaque
Et même avoir mal au cœur
Mais pas avoir un cœur de pierre
Tu es faite pour aimer le monde
Corps parfois disloqué tu es l’Eglise
Aimée de Dieu.

Parfois tu m’as trahi, menti
Loin de tes promesses tu es parti
Loin de l’Evangile tu t’es enfui
Mais tu as su te repentir et revenir
Parfois, c’est moi qui ai trahi, menti
Complice d’acrobaties je suis parti
Loin de l’Evangile, loin de ma vie …
Pourtant avec le Christ, tu m’as accueilli, recueilli.

Tu t’es parfois prostituée (1)
Avec les idoles : pouvoir, avoir, savoir !
Avec les grands, les puissants de ce monde !
Pourtant tu m’as choyé dès mon enfance
Pourtant, tu es ma mère…
Tu es mon Eglise, mon peuple
Je ne veux ni te quitter, ni te laisser faire… (2)
Je veux simplement continuer de rire, de vivre avec toi
Et te dire: peuple de Dieu, je t’aime !

Sous le soleil des Bédouins Aout 2010

(1) Livre du prophète Osée
(2) « c’est aussi notre liberté de chrétiens. La colère peut être créatrice ou destructrice. La colère « c’est l’énergie qui détruit toute limite pour nous amener à être ou visionnaires ou vandales. Si nous donnons libre cours à notre aspiration, à notre vision de Dieu, nous devons admettre en même temps la possibilité d’être des vandales. Vandales et missionnaires, de manière différente, sont passionnément révoltés contre la piètre réalité présente. » Si nous dégagions plus d’espace pour la colère créatrice et prometteuse à l’intérieur de l’Eglise, il y aurait moins de colère destructrice contre notre foi à l’extérieur. » (et aussi à l’intérieur de nous même)
Timothy Radclife dans « Pourquoi aller à l’église ? » cerf 2009 P110